Menu Contextuel
Espace e-NewSeurs Nom d'utilisateur Mot de passe S'inscrire
Mot de passe perdu ?
Accueil
1ère normale primaire
2e normale primaire
3e normale primaire
Photos
Recherche de documents
Plan
Charles Buls > 1NPRI - Education plastique > La composition du tableau
La composition du tableau

 

La composition du tableau

 


La composition est un élément essentiel d'un tableau. Pourtant, curieusement, il serait bien difficile de donner une espèce de 'recette universelle' valable pour toute oeuvre. En ce domaine, il y a autant de rigueur - que nous allons décrire - que d'intuition personnelle - bien plus difficile à transmettre.

Beaucoup d'entre vous connaissent déjà la 'règle des tiers'. Le principe est que si vous divisez la surface de votre tableau en 3 bandes horizontales équidistantes et 3 bandes verticales l'étant aussi, vous voyez apparaître les 4 lignes de force du tableau. Une composition où les éléments principaux de l'oeuvre sont axés sur et autour d'une ou deux de ces lignes de forces a toute chance de plaire à l'oeil. Mieux encore : les 4 points d'intersection de ces lignes sont des points extrêmement forts du tableau, où il est judicieux de positionner un élément-clé de l'oeuvre, vers lequel le regard se dirigera dès lors naturellement. Si vous êtes un peu puriste, vous établirez cependant vos lignes de force non pas à 1/3 et 2/3 de la longueur de chaque côté, mais à 3/8 et 5/8 de ces longueurs, pour vous rapprocher encore un peu plus du rapport mathématique appelé Nombre d'Or.

Selon le thème de votre tableau, vous pourrez choisir entre une composition symétrique (autour de l'axe vertical du tableau) - un peu tombée en désuétude, elle exprime la solennité, inspire le respect,... - ou une composition décentrée - qui a quelque chose de plus familier -. Ou encore une composition basée sur des lignes directrices : horizontales (impression de sérénité), verticales (impression de rythme, si ces lignes se répètent), diagonales (impression de dynamisme, de mouvement, avec une prédominance d'élévation ou au contraire de chute, selon la direction montante ou descendante de celles-ci - tenant compte de la direction habituelle du regard, du moins en Occident : de la gauche vers la droite). Si les compositions circulaires sont rares, si le carré est également peu utilisé (car forcément parallèle aux bords de la toile), en revanche les compositions triangulaires sont fréquentes chez de nombreux artistes, et assez vivantes.

L'équilibre des masses (qu'elles soient masses colorées, ou masses imposées par les élements dessinés du tableau, ou encore masses opposées d'ombres et de lumières) est également à considérer. Sans chercher un équilibre parfait entre partie gauche et droite, ou entre haut et bas du tableau, et encore moins à une symétrie des masses, on veillera cependant à ce qu'un tableau ne 'penche' pas exagérément d'un côté ou de l'autre, sous le poids de l'une de ses masses. S'il faut rectifier le tir, cela peut être de diverses manières : agrandir une masse, en rétrécir une autre, en ajouter, en retrancher, en déplacer une vers le centre du tableau, en écarter une de ce centre, etc...

Enfin, on tiendra compte que notre oeil a naturellement tendance à se poser sur certains sujets qui nous sont familiers, plutôt que d'autres : si un tableau contient des figures humaines pas trop petites, elles attireront notre regard, car elles sont le reflet de nous-mêmes. Un intérêt légèrement moindre se portera sur les animaux, puis sur les éléments mobiles (nuages, automobiles, bateaux,...). Toutes choses égales par ailleurs, les sujets inanimés seront ceux qui attireront le moins notre oeil. Pour inverser la tendance naturelle du regard du spectateur et le faire se porter sur les éléments décidés par le peintre, celui-ci devra user de stratagèmes bien connus des publicistes : masquer en partie tel ou tel personnage ou objet prédominant, ne le montrer que de dos, le rendre flou en le fondant dans son environnement, l'éloigner des lignes directrices du tableau, etc...

 

 

L'harmonie des couleurs

 


Le cercle chromatique

Les sept contrastes de couleurs

L'atmosphère d'un tableau

Composition par la couleur

Retour au menu du cours


Le cercle chromatique

On peut représenter les teintes à leur plus grand degré d'intensité sur un cercle divisé en douze parties égales. Successivement, nous trouverons sur ce cercle :

Jaune / Jaune-orangé / Orange / Rouge-orangé

Rouge / Rouge-violet / Violet / Bleu-violet

Bleu / Bleu-vert / Vert / Jaune-vert

Deux couleurs situées aux antipodes l'une de l'autre sont harmonieuses; leur mélange donne un gris neutre. Trois couleurs séparées chacune de 4 niveaux de gradation sont également harmonieuses entre elles, de même que quatre couleurs séparées chacune de 3 niveaux de gradation.

L'atmosphère d'un tableau

Essayez les différentes combinaisons suivantes, pour donner + de 'cachet' à votre tableau :

- Atmosphère chaleureuse : Jaune Cadmium, Ocre Jaune, Rouge de Cadmium, Terre de Sienne brûlée, pointe de Cobalt

- Atmosphère froide : Blanc de Zinc, Jaune citron, Emeraude, Ocre Jaune, Céruléum, pointes d'Outremer et de Carmin

- Atmosphère mélancolique : Blanc de Zinc ou de Titane, Emeraude, divers violets sur une base d'Outremer et de Carmin, pointe d'orange rompu

- Atmosphère fraîche (comme un printemps) : Jaune citron, Ocre Jaune, Rouge anglais, divers verts sur une base de Céruléum, pointe de violet

- Atmosphère sévère, solennelle : Outremer, Violet, Terre de Sienne brûlée, Carmin, Rouge cadmium, Noir Ivoire, pointe de Jaune Cadmium

- Atmosphère pesante : Rouge Cadmium, Orange Cadmium, Carmin, Terre de Sienne brûlée, pointe d'Emeraude

Composition par la couleur

Un tableau peut être structuré, non pas par des lignes de force ou la perspective, mais par la couleur elle-même.

Un bleu paraîtra plus léger en haut d'un tableau qu'en bas. Un jaune est comme emprisonné en bas d'un tableau, alors qu'en haut il paraît plus délié. Un rouge sombre en haut du tableau a un effet pesant, alors qu'en bas il calme et soutient.

Sur fond sombre, un bleu recule par rapport au rouge, et encore plus par rapport au jaune. Sur fond clair, c'est l'inverse.

A égalité de clarté, un ton chaud paraît plus proche qu'un ton froid. Mais une couleur éteinte recule par rapport à une couleur lumineuse (saturée).

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
Informations du site
Le nom du site CharlesBuls.be n'a pas de lien direct avec l'ancien nom de la catégorie pédagogique
Charlesbuls.be et le système éditorial e-NewSeur concept, design et réalisation ZooReauDing ©2006
Code source disponible sur demande
E-mail : aide@charlesbuls.be