Menu Contextuel
Espace e-NewSeurs Nom d'utilisateur Mot de passe S'inscrire
Mot de passe perdu ?
Accueil
1ère normale primaire
2e normale primaire
3e normale primaire
Photos
Recherche de documents
Plan
Charles Buls > 1NPRI - Français > Accord du participe passé
Accord du participe passé
1 Le participe passé employé seul (sans auxiliaire)

Il s'accorde avec le nom auquel il se rapporte. Pour trouver ce nom, on pose la question « Qui est-ce qui? »Ex.: Arrivées à Québec, elles arrêtèrent pour se restaurer. (Qui est-ce qui est arrivé? Elles. Donc «arrivées» s'accorde avec «elles».)Ces coureurs ont terminé le marathon, épuisés, fourbus, à bout de souffle. (Qui est-ce qui est épuisé et fourbu? Les coureurs. Donc «épuisés» et «fourbus» s'accordent avec «coureurs».)
Règle 2  Les participes passés employés seuls qui font exception

Certains participes comme attendu, entendu, excepté, passé, supposé, vu, y compris, non compris, ci-joint, ci-annexé, ci-inclus restent invariables lorsqu'ils sont placés devant le nom ou le pronom.Ex.:  Excepté Henriel et Marie, tous étaient là. Marie et Henriel exceptés, tous étaient là. Vous trouverez ci-joint deux copies de mon bulletin.
Règle 3  Le participe passé employé avec ÊTRE

Il s'accorde avec le sujet. Pour trouver le sujet, on pose les questions «qui est-ce qui» ou «qu'est-ce qui?» devant le verbe.Ex.: La pluie est tombée tout le jour. (Qu'est-ce qui est tombé? La pluie. «Tombée» s'accorde avec «pluie».)Vous serez admirés de tous. (Qui est-ce qui sera admiré? Vous. «Admirés» s'accorde avec «vous».)Ces deux défenseurs ont été très rarement déjoués durant cette partie. (Qui est-ce qui a été déjoué? Les défenseurs. «Déjoués» s'accorde avec «défenseurs».)
Règle 4 Le participe passé avec AVOIR

Il s'accorde avec le complément d'objet direct (c. o. d.) si ce dernier est placé devant. Sinon, il reste invariable. Pour trouver le c. o. d., on pose les questions «qui?» ou «quoi?» après le verbe.Ex.: Josée et Nathalie ont fait d'énormes progrès. (Elles ont fait quoi? D'énormes progrès. Le c. o. d. est donc placé après et «fait» reste invariable.)Les pommes que Sylvain a cueillies étaient très mûres. (Sylvain a cueilli quoi? Les pommes. «Cueillies» s'accorde avec «pommes».)Est-ce vous qui les avez semées, ces belles tulipes? Vous avez semé quoi? Les mis pour tulipes. Le c. o. d. est donc devant et «semées» s'accorde avec «les» mis pour «tulipes».)
Règle 5  Le participe passé avec AVOIR suivi d'un infinitif

Il s'accorde avec le c. o. d. si celui-ci est placé devant et s'il peut faire l'action exprimée par l'infinitif. Sinon, c'est le verbe à l'infinitif qui est c. o. d. et le participe reste invariable. Exception: Fait reste toujours invariable quand il est suivi d'un infinitif.Ex.: La chanson que j'ai entendu chanter était mélodieuse. (J'ai entendu quoi? La chanson. Est-ce qu'une chanson peut chanter? Non. Donc «entendu» est invariable.)Les garçons que j'ai entendus chanter étaient très jeunes. (J'ai entendu qui? Les garçons. Est-ce que les garçons peuvent chanter? Oui. Donc «entendus» s'accorde avec «garçons».)Vous auriez dû écouter. (Vous auriez dû quoi? Écouter. Il n'y a pas de c. o. d. autre que l'infinitif, donc «dû» reste invariable.)

 
Règle 6 Le participe passé des verbes intransitifs

Les participes passés couru, coûté, pesé, valu, vécu restent invariables quand ils sont employés au sens propre. Au sens figuré, ils s'accordent. Ex.: Les douze dollars que m'a coûté ce livre furent bien employés. (Ce livre m'a coûté combien? Douze dollars. «Dollars» n'est pas un c. o. d. De plus, «coûté» est employé au sens propre, donc il reste invariable.)

Les efforts que m'a coûtés ce travail ont porté fruit. (Ce travail m'a coûté quoi? Des efforts. «Coûtés» s'accorde avec son c. o. d. «efforts».
Règle 7 Le participe passé précédé de « l’ »

Si le « l’ » remplace toute une proposition, il reste invariable. Autrement, il suit la règle des participes passés employés avec avoir.

Ex.: Il a fait beau comme je l'avais prédit. (J'avais prédit quoi? «l'« mis pour «qu'il ferait beau». «Prédit» est donc invariable.)

Cette jolie dame, je l'ai attendue longtemps. (J'ai attendu qui? «l'« mis pour «dame». «Attendue» s'accorde avec «l'« mis pour «dame».)

 
Règle 8  Le participe passé précédé de « en »

Généralement, il demeure invariable si «en» est c. o. d. On considère alors que le «en» est un pronom neutre.

Ex.: Des pommes, j'en ai mangé. (J'ai mangé quoi? «En» mis pour «pommes». Donc, «mangé» est invariable.)

Voilà mon jardin et voici les légumes que j'en ai tirés. (J'ai tiré quoi? Des légumes. D'où? De «en» mis pour «jardin». Donc, ici le «en» n'est pas c. o. d. et «tirés» s'accorde avec son c. o. d. «légumes».)

 
Règle 9 Le participe passé des verbes impersonnels

On dit qu'un verbe est impersonnel lorsqu'il ne peut se conjuguer qu'à la 3e personne du singulier et que son sujet ne désigne aucun être.

Le participe passé des verbes impersonnels demeure toujours invariable.

Ex.: La belle température qu'il a fait aujourd'hui me réchauffe le coeur. («Il a fait» est ici un verbe impersonnel, donc «fait» reste invariable.)

Les accidents qu'il y a eu cet hiver ont été causés par l'état des routes. («Il y a eu» est un verbe impersonnel et «eu» reste invariable.)

 

 
Règle 10 Le participe passé des verbes pronominaux

Un verbe pronominal, c'est un verbe qui se conjugue avec un double pronom (je me lève). On dira que le second pronom (me) est le pronom réfléchi.

Le participe passé des verbes pronominaux s'accorde toujours avec le sujet sauf dans deux cas:

CAS 1: Si ce participe a un c. o. d., autre que le pronom réfléchi, il s'accorde avec ce c. o. d. en suivant la règle des participes employés avec avoir.

CAS 2: Si le pronom réfléchi est un complément d'objet indirect, il reste invariable. Il existe une vingtaine de verbes dont le pronom réfléchi peut être c. o. i. Voici les principaux: se déplaire, se mentir, se nuire, se parler, se plaire, se ressembler, se rire, se sourire, se succéder, se suffire, se survivre, s'écrire, se téléphoner, etc.

Ex.: Ils se sont blessés. (Il n'y a pas de c. o. d. autre que le pronom réfléchi et ce dernier n'est pas c. o. i. Donc, «blessés» s'accorde avec le sujet «ils».

Ils se sont nui en voulant s'aider. (Il n'y a pas de c. o. d., mais le pronom réfléchi est c. o. i. «Nui» reste donc invariable.)

La maison que nous nous sommes construite a brûlé récemment. (Nous nous sommes construit quoi? Une maison. «Construite» s'accorde avec son c. o. d. «maison».

Règle (truc) encore plus simple : Vous remplacez être par avoir et vous suivez la règle des participes passés avec avoir sans vous soucier des contresens.

Ex.: Ils se sont blessés. (Ils ont blessé qui? «se» mis pour «eux-mêmes». Le c. o. d. est placé avant et «blessés» s'accorde avec «se».)

Ils se sont nui en voulant s'aider. (Ils ont nui qui ? Aucune réponse. À qui? À «se» mis pour «eux-mêmes». C'est donc un c. o. i. et nui reste invariable. Il n'y a pas de c. o. d. )

La maison que nous nous sommes construite a brûlé récemment. (Nous avons construit quoi? Une maison. «Construite» s'accorde avec son c. o. d. «maison».)

Nous nous sommes construit une grande maison. (Nous avons construit quoi? Une maison. «Construit» reste invariable, car son c. o. d. «maison» est placé après le verbe.)

Ils se sont aperçus du danger. (Ils ont aperçu qui? «se» mis pour «eux-mêmes». Bien sûr, c'est un contresens, car ils n'ont pas aperçu eux-mêmes. Vous n'en tenez pas compte.)
Ajouter un commentaire
Informations du site
Le nom du site CharlesBuls.be n'a pas de lien direct avec l'ancien nom de la catégorie pédagogique
Charlesbuls.be et le système éditorial e-NewSeur concept, design et réalisation ZooReauDing ©2006
Code source disponible sur demande
E-mail : aide@charlesbuls.be