Menu Contextuel
Espace e-NewSeurs Nom d'utilisateur Mot de passe S'inscrire
Mot de passe perdu ?
Accueil
1ère normale primaire
2e normale primaire
3e normale primaire
Photos
Recherche de documents
Plan
Charles Buls > 1NPRI - Français > Analyse de la phrase
Analyse de la phrase

Analyse de la phrase

L'analyse de la phrase consiste à déterminer les éléments composant la phrase, et les relations qu'entretiennent ces éléments.

La première analyse fera apparaître les parties de la phrase possédant un verbe à une forme personnelle, ce sont les propositions. Une phrase contient autant de propositions que de verbes à une forme personnelle.

SOUVENEZ-VOUS CEPENDANT : l'infinitif et le participe, lorsqu'ils ont un sujet propre peuvent être les noyaux d'une proposition (voir infinitives, participiales). Certains verbes sont régulièrement sous-entendus voir elliptiques.

Il faut ensuite repérer la proposition principale. Son verbe est la base de la phrase, le sens l'indique presque immédiatement lorsque les propositions se suivent (Je partirai quand tu reviendras... lorsque nous aurons fini, demain à l'aube, etc. Je partirai est toujours la principale).

L'affaire devient plus délicate lorsque les propositions sont imbriquées. Il faut alors procéder par élimination et écarter selon le sens, d'abord, les propositions décrivant des circonstances (quand, lorsque, où, bientôt, etc.), selon la fonction ensuite les propositions grammaticalement subordonnées (déterminative d'un nom, complément d'un verbe, etc.). Souvenez-vous, en tout cas, qu'une principale ne peut commencer ni par une conjonction de subordination, ni par un pronom relatif.

Cette principale, si elle n'est pas seule (Je partirai), entretient avec les autres propositions des relations particulières : les autres propositions peuvent aussi être des principales Pierres rit et Jean pleure. L'hiver arrive, les hirondelles s'en vont), elles sont alors coordonnées (voir coordination) ou juxtaposées (voir juxtaposition). Mais la plupart du temps, la principale a sous sa dépendance une autre ou d'autres propositions, celles-ci sont dites des subordonnées (Les hirondelles s'en vont lorsque l'hiver arrive).

Les relations qui unissent une subordonnée à une principale sont de même nature que les relations qui unissent les mots dans la phrase simple (sujet, attribut, complément, etc.). On aura donc ainsi des subordonnées sujet répondant aux questions "qui est-ce qui?, qu'est-ce qui?", des subordonnées complément d'objet direct répondant aux questions "qui? quoi?, etc. Voir fonctions de la subordonnée.

Notez : une proposition peut être subordonnée par rapport à une première proposition et principale par rapport à une troisième (Mon voisin dit que l'on travaille mieux quand on est bien payé).

Cette première analyse réalise la distinction des propositions, on la nomme aussi analyse logique. Une seconde étape décrira, mot par mot, la nature, la forme, la fonction de chaque mot à l'intérieur de chaque proposition, on appelle cette partie l'analyse grammaticale. Voir Analyse de l'article, Analyse de l'adjectif, Analyse du pronom, Analyse du verbe, Analyse de préposition, Analyse de la conjonction, Analyse de l'adverbe.

 

 

 

 

 


L'analyse des idées passe par l'analyse logique

La phrase simple : définition

Elle comporte un seul verbe conjugué, peut être affirmative ou négative, interrogative, injonctive... Un groupe verbal est aussi nommé proposition. Il comporte un sujet, un verbe et ses éventuels compléments.

La phrase simple s'oppose à la phrase complexe, dans laquelle se trouvent plusieurs propositions.

L'analyse logique : définition

 C'est la recherche des groupes verbaux (ou des propositions) dans une phrase complexe et la détermination des relations qui existent entre ces propositions. Ces relations établissent une hiérarchie entre les groupes verbaux : Quand elles sont de même niveau, les propositions sont indépendantes. Elles n'ont pas de fonction l'une par rapport à l'autre.

Quand une proposition en complète une autre, la première est subordonnée et la seconde principale. La principale n'a pas de fonction. La subordonnée est complément du verbe ou d'un groupe nominal contenu dans la principale.

Ponctuation, conjonctions et pronoms relatifs

- Deux propositions séparées par une ponctuation faible (virgule, deux points ou point virgule) sont juxtaposées.

- Deux propositions séparées par une conjonction de coordination (mais, ou, et donc, or, ni, car) sont coordonnées.

- Deux propositions séparées par un pronom relatif (qui, que, quoi, dont, où, lequel, duquel, auquel et leurs dérivés) ne sont pas de même niveau : la première est principale, et la seconde, introduite par le pronom relatif, est subordonnée relative. Elle est complément d'un GN de la principale nommé antécédent.

- Deux propositions séparées par une conjonction de subordination (si, quand, comme, que, lorsque, dès que, parce que,... liste très longue !) ne sont pas de même niveau : la première est principale, et la seconde, introduite par la conjonction de subordination, est subordonnée conjonctive. On la nomme parfois complétive, car elle est complément du verbe de la principale. Elle peut être COD, complément circonstanciel,... de ce verbe.

Exemple d'analyses

1) Le boulanger passe dans le village à sept heures.

Il y a juste une proposition indépendante dans cette phrase.

2) Je pars à six heures ; le boulanger passe à sept heures et je n'ai jamais de croissants.

Il y a trois propositions indépendantes dans cette phrase : La 1 et la 2 sont juxtaposées ; la 2 et la 3 sont coordonnées.

3) Le boulanger que tu m'as conseillé passe dans le village où j'habite à sept heures.

La première relative est complément de l'antécédent "boulanger" et la seconde de l'antécédent "village"

4) Tu prétends que le boulanger passe plus tard mais en fait je ne l'ai jamais croisé.

La conjonctive est COD du verbe "prétendre".

5) Comme le boulanger passe à sept heures, je suis déjà parti.

La conjonctive est C.C.Cause du verbe "partir"

7) Quand il repassera, dis-lui que je le hais : je passe mes matinées sans petit-déjeuner !

La première conjonctive est C.C.Temps du verbe dire, la seconde COD du même verbe.

Légende :

  • Propositions indépendantes
  • Propositions indépendantes coordonnées ou juxtaposées
  • Propositions principales
  • Propositions subordonnées relatives
  • Propositions subordonnées conjonctives

 

Ajouter un commentaire
Informations du site
Le nom du site CharlesBuls.be n'a pas de lien direct avec l'ancien nom de la catégorie pédagogique
Charlesbuls.be et le système éditorial e-NewSeur concept, design et réalisation ZooReauDing ©2006
Code source disponible sur demande
E-mail : aide@charlesbuls.be