Menu Contextuel
Espace e-NewSeurs Nom d'utilisateur Mot de passe S'inscrire
Mot de passe perdu ?
Accueil
1ère normale primaire
2e normale primaire
3e normale primaire
Photos
Recherche de documents
Plan
Charles Buls > 1NPRI - Philosophie et Morale > Calliclès et Socrate
Calliclès et Socrate

Gorgias, dialogues de Platon

Calliclès et Socrate

 

Que signifie la distinction qu'établit ici Calliclès entre le juste selon la nature et le juste selon la loi ?

 

Ce qui est juste selon la nature c'est que le plus fort et le meilleur l'emporte sur le plus faible et le plus médiocre. On peut prendre une illustration contemporaine : il serait juste selon la nature que les blancs aux États-Unis l'emportent sur les noirs, puisque la nature semble avoir fait les premiers plus forts que les seconds. Calliclès préfigure ainsi un point de vue naturaliste d'extrême droite.

À cela on oppose un point de vue démocratique : les hommes sont égaux devant la loi et grâce à la loi, qui est là pour empêcher que les plus forts économiquement, matériellement, militairement, politiquement... l'emportent sur les autres. Cela suppose qu'on distingue implicitement entre "plus fort" et "meilleur". C'est en effet là-dessus que Socrate reprend ensuite Calliclès, en lui montrant que les deux termes ne sont pas synonymes.

La loi, imposée à Athènes par le peuple et forçant à l'égalité des citoyens devant la loi, est donc, aux yeux de Calliclès, un moyen pour les médiocres et les plus faibles de se défendre de la force et du pouvoir des meilleurs et des plus forts. La loi est ainsi un artifice empêchant la justice de la nature de s'imposer.

 

- Que veut dire Calliclès lorsqu'il affirme que "En façonnant les meilleurs et les plus forts d'entre nous, en les prenant dès leur jeune âge comme des lionceaux pour les ensorceler et les embobiner, nous en faisons des

esclaves" ?

 

Nous sommes dans la démocratie athénienne. Selon Calliclès, on éduque les "meilleurs", ceux-là mêmes qui se distinguent des autres par leur naissance (par leur supériorité naturelle), leur talent, leur force de caractère, et on leur dit en les éduquant, à travers un discours moral, civique et religieux... (qui consiste à les "embobiner") qu'ils ne sont pas meilleurs mais égaux aux autres ! Ainsi on fait des êtres qui auraient dû devenir des lions... des agneaux bêlants. On dresse des lionceaux pour en faire des moutons de Panurge.

 

Ajouter un commentaire
Informations du site
Le nom du site CharlesBuls.be n'a pas de lien direct avec l'ancien nom de la catégorie pédagogique
Charlesbuls.be et le système éditorial e-NewSeur concept, design et réalisation ZooReauDing ©2006
Code source disponible sur demande
E-mail : aide@charlesbuls.be